marie-christine-ou-l-ecriture-sensitive

marie-christine-ou-l-ecriture-sensitive

UN EXTRAIT de "A nos morts" TENDRES CRUAUTES.

... Les cadavres grimés aux couleurs des vivants ont un sursaut d'amour. Je n'en démordrai pas. Ceux qui les regardent une dernière fois s'étonnent de la sérénité qui sied à la raideur cadavérique. Trop de froideur nuit au froid. Il faut bien quand l'ange passe que le gag enfin dédramatise l'affaire de la mort qui n'est rien. Il faut rendre à César ce qui lui appartient. Le jour de l'enterrement le mort est le chef d'orchestre et il convient de se méfier des cérémonies quand il ne s'y passe rien de risible. Le mort en est absent, ce qui n'est pas bon signe. Nous avons tous en tête des maestro du dernier exercice de style.

La palme revient à ce monsieur Martin, Georges de son prénom,  qui vécut sagement, mais par une série de contre-temps n'avait pas eu d'enfant. Il avait une nièce qu'il aimait d'autant plus. Elle le lui rendait bien et chaque année, très ponctuellement, elle lui rendait visite pour son anniversaire. Il avait de l'argent et vivait assez mal que l'état rafle une large part de son héritage à cette belle enfant au moment de transmettre. Il avait donc pendant quelques années vidé progressivement ses comptes et rempli plusieurs lessiveuses en prétendant que le jeu le perdrait et, toujours en riant, précisait au guichetier de la banque qui ne l'écoutait jamais qu'il mourrait comme Job, pauvre et bien vivant...

Si le désir de poursuivre vous prend, rien de plus simple... Contactez-moi! Le recueil "tendres cruautés ne coûte que 15 euro, joli recueil cousu, illustré par les aquarelles d'un pur talent Jean-Claude Allard! Un chouette cadeau dédicacé! Pas cher, drôle et caustique!

Marie



01/11/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres